TRANSFORM

Samedi dernier, je quittai Nice accompagnée de mes parents. Après une longue route de plomb, j’arrivai au festival TRANSFORM, à Marseille.

Nichée au sommet de l’interminable chemin de la Nerthe, ex-centrée de tout, se trouvait l’ancienne bétonnière, aujourd’hui appelée la Déviation, où avait lieu le festival.                 A l’extérieur, quelques tables et canapés, un food truck et un feu. A l’intérieur, une lumière chaude, une décoration de fin de soirée, un bar tenu par de beaux mecs et un air ambiant tellement convivial.

Etant arrivée seule, je rencontrai finalement Jacques et Henri, deux éléctrons libres arrivés ici aussi un peu par hasard. Les rires fusaient, les premières bouffées d’alcool aussi et nous nous enivrions tous.tes progressivement du lieu.

Arriva finalement la première performance, celle d’Alejandro Flores, qui oscillait entre recherches corporelles et questionnements sexuels. Il y avait cette force évocatrice dans le fait de cacher son visage sous une tenue extravagante; de le calfeutrer, ainsi que son sexe, dans des sacs (a priori pour poubelle); ou encore de se passer une guirlande lumineuse autour du cou. Suffoquer sous des paillettes tandis que le désir se meurt et que l’identité se délite. Une démonstration éléctro qui me rappelait à quel point les questions du genre passaient sous silence dans notre société qui s’applique à lisser toute question sociale.

Cracher, lécher, ramper, danser, chanter, sourire et séduire le public ouvertement et librement, entre quatre murs pourvus de vidéos qui opéraient tels des miroirs reflétant la performance et la beauté d’Alejandro. Se sentant bien dans son corps, il partageait ce bien-être et cet amour de soi. Nous étions tous.tes subjugué.e.s par ce corps étrange, plongé dans une action à la fois recherche et libératrice, mais aussi par son sourire tendre et sublimement humain.

Cependant, même éprise de cette performance, une question ne cessait de me tarauder l’esprit : « où sont les femmes? ». Car s’il est vrai qu’aux deux soirées du festival les sets étaient tenus par deux jeunes femmes, il n’empêche néanmoins qu’en termes de show ou de performance, il n’y avait pas de femme samedi. Je ne tiens évidemment pas à accuser le collectif IDEM (qui a organisé ce festival avec brio) de quoique ce soit, néanmoins je m’interroge quant à la représentativité des femmes dans le milieu queer.

 

Sont-elles autant présentes et/ou représentées quand il s’agit de recherches identitaires, de genre, de sexualité? Sont-elles aussi nombreuses à performer?

Je me souviens justement d’une conversation tenue avec Jacques dans laquelle je lui demandais pourquoi n’y avait-il pas plus de lieux et d’événements LGBTQ. Pourquoi alimenter un schisme gay-lesb au sein de la communauté?

Selon lui, il s’agissait d’une question de drague. A priori, les mecs gay et les femmes lesb n’auraient pas les mêmes conduites, les mêmes us, et la présence de l’un gênerait celle de l’autre dans le processus de séduction. Il deviendrait alors plus compliqué de deviner l’appartenance sexuelle de tel ou tel individu. Pourtant dans le fait d’aller dans un bar lgbt revient à savoir que la probabilité de rencontrer un mec gay ou une fille lesb est bien plus haute qu’ailleurs. Cela n’entrave en aucun cas les possibilités de séduction. D’autant qu’il y a dans ces lieux un bonus qui n’existe pas dans les lieux binaires gay-lesb : la non-exclusion des bisexuel.le.s.

Quoiqu’il en soit, je terminerai sur une note plus positive en remerciant IDEM pour cette belle organisation, ce superbe cadre et cette programmation haute en couleurs. Tout le monde devrait être sensibilisé.e au queer, puisqu’il nous concerne tous.tes, de près ou de loin. Et TRANSFORM nous a en montré toute sa beauté.

NB : Après avoir contacté le collectif IDEM, il s’avérait qu’en réalité la veille (vendredi), une performeuse (Mmagoski Mgabi) était invitée, et donc en prenant en compte les deux dj féminines, la parité a été respectée durant cette édition du festival.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.
%d blogueurs aiment cette page :